Comment faire un garrot avec une sangle et un mousqueton ?

Les sports que nous pratiquons en montagne sont malheureusement propices aux accidents. Entre les chutes de pierres ou de grimpeur, les crampons amoureux des mollets ou les quarts de ski aiguisés comme l’Opinel de papi, tous les moyens sont bons pour se faire une hémorragie. 

L’hémorragie est la première cause de mort évitable en milieu isolé, comme la montagne. Elle peut tuer en 5 minutes si elle touche directement une artère principale (comme l’artère fémorale). Les gestes qui permettent de la contrôler sont simple et rapide. Tu dois savoir le faire rapidement et avec ce que tu as sur toi en montagne, par exemple faire un garrot avec une sangle et un mousqueton. Le temps d’intervention des secours professionnels est très variable, si tu sais gérer une hémorragie : tu pourras donc les attendre plus sereinement.

La gestion de l’hémorragie est la première étape de la prise en charge d’un traumatisme.

Le déroulé est assez simple il faut :

  • comprimer la blessure ;
  • relayer la compression par un pansement compressif ;
  • si ce n’est pas suffisant mettre un garrot ;
  • et contrôler régulièrement que le saignement est bien arrêté.

faire un garrot avec une sangle et un mousqueton

Pourquoi faut-il savoir poser un garrot ?

Je sais que le garrot a mauvaise réputation, mais je vous invite à apprendre à le poser. Pourquoi ? Me direz-vous.

Premièrement, contrairement aux idées reçues, poser un garrot n’est pas synonyme d’amputation. Il peut être retiré, par un médecin bien entendu, jusqu’à 6 heures sans séquelle. Et les 4 premières heures de pose n’ont quasiment aucun effet sur le membre.

Deuxièmement, la majorité des amputations après la pose d’un garrot sont dû à l’accident et pas à la pose du garrot.

Et enfin, tu auras besoin de tes deux mains pour t’occuper du blessé. Le garrot te permettra donc de les libérer pour appeler les secours ou le protéger du froid…

Par ailleurs, vous n’avez pas besoin d’avoir un garrot tourniquet professionnel, vous pouvez faire un garrot avec une sangle et un mousqueton.

Qu’est-ce qu’une hémorragie ?

Une hémorragie c’est quand ton sang sort de ton corps sans s’arrêter et en grande quantité. Elle est souvent consécutive à un traumatisme. La perte de sang qui en découle va diminuer la capacité du corps à alimenter les organes en oxygène. Lorsque la perte de sang est trop importante le cœur n’arrive pas à se remplir et s’arrête.

Ça peut aller très vite. Par exemple, l’artère fémorale transporte plus d’un litre de sang par minute, et il y a 5 litres de sang dans ton corps. En plus : le cœur s’arrête une fois qu’on a perdu la moitié de son sang. Donc, si on se tranche l’artère fémorale, il faudra : 2 min pour être en arrêt cardiaque et 5 min pour être saigné comme un poulet. 

L’hémorragie est majoritairement évidente, le sang gicle ou se répands hors du corps. C’est impressionnant. Cependant, nos habits ou la surface sous la victime, peuvent absorber le sang.

Les vêtements étanches, comme la Goretex, peuvent faire couler le sang loin de la plaie. Les polaires absorbent également les liquides, tels des éponges.

Les surfaces comme la neige ou le sable laissent passer en profondeur les liquides et ne les fonts pas ruisseler. Il n’y aura donc pas de « flaque » comme dans les films !

C’est pourquoi il faut ouvrir les vestes, chercher sous les vêtements à même la peau et passer ses mains partout sur le corps du blessé. 

Que faire face à l’hémorragie ?

Pour que tu puisses agir efficacement sur l’hémorragie il faut que tu dégages les vêtements qui sont autour. Je n’hésite donc jamais à découper une polaire pour ça. Mais si tu y arrives, enlève plutôt les vêtements, ils te serviront plus tard.

Avant de faire le moindre pansement il faut vérifier qu’il n’y a rien dans la plaie, que ce soit un os, un piolet ou une branche.

faire une pansement compressif

S’il n’y a rien dans
la plaie :

Le mieux à faire c’est de comprimer immédiatement la plaie avec ta main gantée.

Puis, tu vas faire un pansement compressif avec ce que tu as sur toi.

Un bonnet et une sangle peuvent faire l’affaire, mais il existe aussi d’autres techniques.

La technique avec le meilleur rapport poids/efficacité est celle qui utilise des compresses recouvertes d’une bande de fixation élastique, type Elastoplast. C’est léger et ce matériel te permet de soigner d’autres blessures.

Mais la technique la plus facile et la plus efficace est celle avec un pansement compressif d’urgence. Il est composé, sur la même bande : d’un tampon de compresse, d’une agrafe qui permet d’appuyer sur la plaie, d‘une bande élastique qui comprime localement et d’une agrafe finale pour fixer la bande.

S’il y a quelque chose dans la plaie :

Il ne faut jamais retirer ce qui est dans la plaie (genre une broche à glace). Donc, si il y a quelque chose ou si le pansement compressif ne suffit pas, tu dois alors poser un garrot.

Tu dois aussi l’utiliser lorsqu’il y a plusieurs victimes ou que la plaie est inaccessible (derrière un rocher, dans un trou…).

Le garrot doit rester la dernière solution pour arrêter une hémorragie. Cependant, tu ne dois pas hésiter à le poser.

Le garrot ne peut être poser que sur un membre (bras ou jambe). Le mieux étant sur le bras au-dessus du coude ou, sur la cuisse au-dessus du genou. Cela permettra de comprimer les artères principales sur les os, et donc d’empêcher le sang de circuler jusqu’à la plaie.

La pose du garrot est douloureuse, le blessé va crier. Il faut continuer de serrer jusqu’à ce que le saignement s’arrête et que tu ne sentes plus le pouls aux poignets ou aux chevilles

J’ai fait une vidéo dans laquelle j’explique toutes ses techniques. Je vous montre même dans cette vidéo comment faire un garrot avec une sangle et un mousqueton. Regarde-la, les images sont mieux qu’un long discours.

Quel que soit le traumatisme un blessé va se refroidir, d’autant plus s’il est sûr de la neige. Il faut impérativement que tu le protèges du froid avec une couverture de survie ou d’autre vêtements qu’il a dans son sac. Referme avec du sparadrap les vêtements que tu as découpé.

Que retenir ?

La principale chose à retenir de cet article c’est qu’il faut empêcher le sang de sortir (par tous les moyens) :

  • en appuyant sur la blessure directement ;
  • en faisant un pansement compressif ;
  • en posant un garrot.

Par ailleurs, n’hésite pas à t’entrainer à poser un garrot sur ton bras ou ta jambe. C’est le meilleur moyen de savoir le poser quand tu en auras besoin.

Si tu veux continuer à apprendre à sauver tes compagnons de cordées inscrit toi à ma newsletter !

Et pour confronter la théorie à la pratique, et essayer toutes ces techniques : inscris-toi à ma formation.

Ecrit par : Guillaume Fustier

La formation premiers secours en montagne

Apprendre à gérer un accident en montagne, et maintenir un blessé en vie en attendant que l’hélicoptère des secours arrive.

Guillaume Fustier

Inscrivez-vous à la newsletter pour ne pas rater mes derniers articles !

Recevez 1 fois par mois dans votre boîte e-mail des conseils de secourisme adaptés à la montagne…

    Contact

    ✉️ guillaume.fustier@gmail.com  

    📞 06.63.85.52.51

    ⛺ Chambéry